Afrique : histoire, economie, politique

1998-2001
ATLAS HISTORIQUE


1960

Dans les années 1950, le processus de décolonisation s'accèléra en Afrique. Les Anglais quittèrent la Libye en 1951 ainsi que le Soudan et le Canal de Suez en 1956. La même année, les Français quittèrent la Tunisie et le Maroc (l'Espagne fit de même).
En Algérie, la forte communauté blanche d'origine européenne insista pour que la France intègre ce pays : dès 1954, une terrible guerre fit rage en Algérie. D'un côté les troupes françaises, de l'autre le FLN.
Dans le reste de l'Afrique, le vent du changement avait soufflé : la Côte d'Or (qui prit le nom de Ghana) devint indépendante en 1957 et la Guinée française (qui prit le nom de Guinée) accéda à l'indépendance en 1958.
En 1960, la Grande-Bretagne accorda l'indépendance au Nigeria. Puis la France reconnut chaque unité administrative formant "l'Afrique occidentale française" comme étant des "pays individuels" (Mauritanie, Soudan français (Mali), Niger, Sénégal, Côte d'Ivoire, Togo, Haute Volta et Dahomey). Elle fit de même pour "l'Afrique équatoriale française " (indépendance du Tchad, de l'Oubangui-Chari (République Centrafricaine), du Cameroun, du Gabon et du Congo). Les Belges se retirèrent du Congo belge et les Anglais suivis par les Italiens quittèrent les deux moitiés de la Somalie. Les Français quittèrent aussi Madagascar (qui prit le nom de République Malgache).
En 1953, la République d'Egypte fut proclamée et Nasser devint président en 1954. Il obtint des Soviétiques le financement du haut barrage d'Assouan et nationalisa le Canal de Suez, ce qui provoqua un conflit avec Israël et l'intervention militaire franco-britannique. En 1958-1961, l'Egypte et la Syrie formèrent la République arabe unie.


 

Afrique : histoire, economie, politique

Contenant et contenus conçus et réalisés par Olivier Bain; tirés de l'oubli, toilettés et remis en ligne par Jean-Marc Liotier