Afrique : histoire, economie, politique

1998-2001
ATLAS HISTORIQUE


1994

L'année 1994 marqua la fin de la période coloniale en Afrique. Des élections libres eurent lieu en Afrique du sud et Nelson Mandela , leader de l'ANC, devint président alors que son prédécesseur F.W de Klerk, prit le poste de vice président ( ce dernier avait persuadé les Blancs d'accepter l'inévitable et de démanteler le système de l'apartheid).
Sous la condition que les Cubains se retirent d'Angola, l'Afrique du sud accepta de quitter la Namibie qui devint le 50ème état d'Afrique en 1990. Le retrait des Cubains d'Angola n'apporta pas la paix dans ce pays, toujours en proie à une guerre terrible depuis l'indépendance.
En 1991, la junte à Addis Abeba fut chassée par des rebelles : ceux-ci reconnurent le droit à la sécession. L'Erythrée rejoignit alors l'OUA en tant que 52ème membre en 1993.
La Somalie subit un effondrement complet de son système politique. Une tentative de rétablissement de l'ordre par les Nations Unies fut un échec total et le pays succomba à des guerres incessantes entre factions. Seule la République du Somaliland put être contrôlée (1994).
Le Liberia sombra également dans l'anarchie. Une force africaine de maintien de l'ordre (ECOMOG) fut envoyée : elle obtint plus de résultats que les Nations Unies (l'ordre fut rétablit à Monrovia). En 1994, on assista aussi au Rwanda, au génocide de la minorité Tutsi par la majorité Hutu.
La guerre au sud Soudan faisait rage tandis qu'au Mozambique le conflit se termina en 1992 par un accord de paix.
L'un des facteurs qui ranima la guerre au Soudan fut l'imposition de la loi islamique par Khartoum en 1983.
En Algérie, les fondamentalistes remportèrent les élections de 1991. Le gouvernement refusa d'entériner le résultat des élections et le pays se trouva confronté à une guerre civile.
La Haute-Volta prit le nom de Burkina Faso tandis que la Côte d'Ivoire décida que seule la version française de son nom était acceptable. Le Maroc accepta un référendum sur la situation à l'ouest du Sahara mais refusa d'accepter le POLISARIO (mouvement indépendantiste) en tant qu'acteur politique.
Les Libyens se retirèrent du Tchad.


Afrique : histoire, economie, politique

Contenant et contenus conçus et réalisés par Olivier Bain; tirés de l'oubli, toilettés et remis en ligne par Jean-Marc Liotier