Afrique : histoire, economie, politique

1998-2001
GEOPOLITIQUE
ASPECT GEOPOLITIQUE

La République du Cap-Vert est un État insulaire situé dans l'Atlantique au large de l'Afrique. Cet archipel de dix îles volcaniques est situé à 800-1 000 km du cap Vert où se trouve la ville de Dakar, sur la pointe la plus occidentale de l'Afrique.

Découvert en 1460 par les Portugais, l'archipel connut une grande activité durant la période de la traite des esclaves africains vers l'Amérique. Du point de vue géopolitique, les Cap-Verdiens, qui sont en majorité des métis de langue portugaise, ont joué au XXe siècle un rôle important dans les diverses colonies portugaises où nombre d'entre eux émigrèrent en raison de la pauvreté de ces îles soumises à de longues périodes de sécheresse (dues à la  redescente  de l'air sec du contre-alizé). Le niveau culturel particulièrement élevé de certains Cap-Verdiens, leur esprit d'entreprise font qu'ils ont joué un rôle important dans le développement des mouvements nationaux en Angola ¨, au Mozambique ¨ et surtout en Guinée-Bissau ¨, la colonie portugaise la plus proche. Sous l'impulsion d'Amilcar Cabral, un Cap-Verdien né en Guinée-Bissau, ingénieur agronome marxiste de l'université de Lisbonne, fut créé en 1956 un Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) qui commença la lutte armée en 1959. Celle-ci se déroula essentiellement en Guinée. Après la révolution portugaise dite des oeillets, en 1975, fut constitué un État indépendant commun aux deux pays et dirigé par le même parti marxiste et surtout, en fait, par des Cap-Verdiens, le président Luis Cabral étant le frère d'Amilcar Cabral, assassiné en 1973 à Conakry. Les rivalités politiques et le fait que les chefs des guérillas de Guinée-Bissau supportaient mal le magistère des leaders politiques cap-verdiens provoquèrent en 1980 une scission de fait.

L'archipel ne reçut guère d'aide des États communistes, et, en dépit de proclamations ultramarxistes, son gouvernement noua de discrètes relations avec l'Afrique du Sud : moyennant contrepartie financière, les avions sud-africains interdits d'escale en Afrique en raison du boycott antiapartheid purent se poser et se ravailler en carburant au Cap-Vert.

Les sommes envoyées par les Cap-Verdiens émigrés, notamment aux États-Unis (leur nombre serait deux fois plus important que la population de l'archipel), constituent une notable partie des maigres ressources de la population.

Le Parti de l'indépendance du Cap-Vert renonça en 1990 au principe du parti unique ; l'année suivante, il fut balayé aux élections pluripartistes par le Mouvement pour la démocratie. Ce fut la première véritable alternance politique du continent africain.

Source :
Dictionnaire de Géopolitique, Flammarion


Afrique : histoire, economie, politique

Contenant et contenus conçus et réalisés par Olivier Bain; tirés de l'oubli, toilettés et remis en ligne par Jean-Marc Liotier