Afrique : histoire, economie, politique

1998-2001
ASPECT GEOPOLITIQUE

ASPECT GEOPOLITIQUE

État entièrement enclavé dans la République sud-africaine le seul au monde à être dans une telle situation ¾, le Lesotho regroupe sa population dans la zone montagneuse du Drakensberg.

La nation sotho s'est constituée aux alentours des années 1820 autour d'un chef prestigieux, Moeshoeshoe Ier, qui a réussi à résister aux mouvements d'expansion des populations ngouni mises en branle par le Mfecane ¨, à regrouper vingt-deux groupes ethniques et claniques fuyant les ravages de la guerre menée notamment par les Hlubi, les Ngwane et les Matabélé, et finalement à résister aux velléités expansionnistes des colons boers. Les groupes historiquement disparates qui constituent la population du Lesotho se sont unifiés progressivement au moyen d'un système de placement par lequel les membres de la dynastie Kwena dominante furent nommés à la tête de la quasi-totalité des vingt-deux entités culturelles.

En ce sens, la nation sotho est avant tout une création politique. Les missionnaires européens qui, en s'opposant aux Boers, jouèrent un rôle important dans l'affirmation d'une identité territoriale sotho et l'obtention du protectorat britannique déterminèrent de nouveaux clivages sociaux fondés sur les différentes obédiences religieuses. Le prosélytisme protestant connut un succès important auprès des nouvelles élites émergentes et des roturiers tandis que les catholiques attirèrent à eux les chefs traditionnels et les populations moins occidentalisées des montagnes. Celles-ci abritent 41 % de la population : le Lesotho se trouve en effet dans la partie la plus élevée (3 000 m) du massif du Drakensberg, et dispose de ce fait d'importantes ressources en eau.

La vie politique au Lesotho se déroule ainsi en termes de conflits changeants d'intérêts qui tiennent à la fois aux clivages traditionnels (chefs-roturiers) et aux rivalités de statut (élites modernes-populations rurales). Les alliances fluctuent d'autant plus aisément que la position géographique du pays lui vaut les pressions politiques de l'Afrique du Sud. En 1970, le système démocratique fut  suspendu  par le chef et Premier ministre Joseph Leabua Jonathan, qui redoutait de perdre le pouvoir au profit de son adversaire plus radical, Ntsu Mokhele. C'est d'ailleurs ce dernier qui est élu Premier ministre en avril 1993, à la suite des premières élections législatives tenues depuis vingt-trois ans.

Jusqu'en 1986, le Lesotho put jouer de son isolement géographique et de ses positions antiapartheid pour bénéficier d'une aide internationale relativement importante, notamment de l'Europe du Nord. Mais la mauvaise gestion de ces fonds, le système politique autoritaire établi par Leabua Jonathan et, dans un autre ordre d'idées, les besoins en eau de la région de Johannesburg et des zones irriguées de l'État libre d'Orange ou Orange Free State (OFS) conduisirent au coup d'État qui, en janvier 1986, renversa Leabua Jonathan et le remplaça par le général Justin Metsing Lekhanya, soutenu par le gouvernement de Pretoria (l'exaspération des Sud-Africains qui voyaient sans cesse retardée la signature du traité permettant l'exploitation des ressources hydrauliques du pays, le Lesotho Highland Water Scheme, servit certainement de détonateur).

Depuis, les conflits politiques internes se multiplient, le retour au pouvoir par la voie des urnes de Ntsu Mokhele et du Basutoland Congress Party ne parvenant pas à stabiliser la situation politique. L'intervention politique commune de Pretoria, de Gaborone et de Harare est venue mettre un terme à une nouvelle tentative de coup d'État en 1994, confirmer le retour du roi Moshoeshoe III déposé en 1990 et rappeler à ce petit État sa situation de totale dépendance à l'égard de son voisin, dont il est le prisonnier géographique, financier et douanier.

Source :
Dictionnaire de Géopolitique, Flammarion


Afrique : histoire, economie, politique

Contenant et contenus conçus et réalisés par Olivier Bain; tirés de l'oubli, toilettés et remis en ligne par Jean-Marc Liotier